Sélectionner une page

Anaïs C. est une artiste pluridisciplinaire née en Guadeloupe qui combine une approche performative de la dynamique du corps en mouvement avec un travail de photographie plasticienne qui questionne l’identité caribéenne.

Parallèlement à son parcours d’enseignante, elle reprend ses études et passe un Baccalauréat professionnel de photographie en 2018. Elle réalise la série Mas maten commencée en 2016 autour des groupes a po*, qu’elle met en conversation avec sa série Black Blood prise lors du carnaval de Grenade en 2018. Cela amène plusieurs questionnements quant à l’essence de l’expression de l’identité guadeloupéenne dans le carnaval, et les liens qui en découlent entre territoires caribéens et africains.

Son travail autour du carnaval est présenté durant plusieurs festivals en Guadeloupe, au Fonds d’Art contemporain de Guadeloupe, ainsi que durant le festival Regard sur cours (Ile de Gorée – Sénégal).

De façon transversale à ses travaux sur le carnaval, elle aborde d’un point de vue thérapeutique les questionnements intimes liés à la féminité et aux questions de genre, particulièrement dans les espaces afro-caribéens. Elle engage un lien interpersonnel avec ses sujets en abordant notamment les problématiques autour corps : l’acceptation de soi, la perte de repères face aux modifications physiques mais aussi la place du rituel dans une optique de soin. Ces échanges aboutissent à plusieurs projets : Sisterhood en Martinique, mais aussi De Femme à femme(s) qu’elle poursuit en Guadeloupe.

Suite à une résidence dans le cadre des Rencontres photographiques de Guyane en 2021, elle présente la série Appartenance, relatant les interactions entre la forêt amazonienne et ses habitants.

En 2022, elle explore l’art performatif en créant avec la compagnie béninoise Noukpo Les morts ne sont pas morts. Elle présente cette performance mélangeant danse et photographie à Ouidah (Bénin) dans le cadre du Festival Couleurs d’Afrique, puis à l’Institut Français de Libreville (Gabon) en 2023.

Le retour à la danse, en dialogue avec son travail autour du carnaval, alimentent ses recherches pour sa série photographique Sé Konsa Nou Yé en cours de création et débutée en 2021. Elle y reprend le fil conducteur de sa pratique, la présence des corps, dans un questionnement aujourd’hui plus introspectif.

*Groupe carnavalesque guadeloupéen utilisant des percussions en peau de cabri. 

 

 

 EXPOSITIONS COLLECTIVES

2023 Parades, Institut français de Dakar, Ile de Gorée, Sénégal

2023 Rituals, festival Cri de Femmes, Guadeloupe, France

2022 Sé Konsa Nou Yé, Clit Revolution Project, Guadeloupe, France

2020 Mòfwazaj, Fonds d’art contemporain, Guadeloupe, France

EXPOSITIONS PERSONNELLES

2024 Assiko Sama Xol, Île de Gorée, Sénégal

2023 Sé Konsa Nou Yé, Institut Français de Libreville, Gabon

2021 Appartenance, Eco-musée de Régina, Guyane, France

RÉSIDENCES

2024 Rencontres et Vision, CIAP de St Laurent du Maroni, Guyane (à venir)

2023 Parades, Institut français de Dakar, Sénégal

2023 Résidence artistique interdisciplinaire, CCRI de Ouidah, Bénin

2021 Rencontres photographiques de Guyane, Régina, France

PERFORMANCES

2024 Ceci n’est pas un pays, N’Gor, Sénégal

2023 Parades, Institut français de Dakar, Ile de Gorée, Sénégal

2023 Les morts ne sont pas morts, Institut français de Libreville, Gabon

2022 Les morts ne sont pas morts, avec la Cie Noukpo, Ouidah, Bénin